NANTES – samedi 23 mars 2019

Actualités Les Carnets de Julie

Direction Nantes, ancienne grande cité portuaire, située à cheval entre les embruns de l’Atlantique et la douceur des bords de Loire et de l’Erdre, où est érigé le château médiéval des ducs de Bretagne. La table nantaise sait associer produits de la mer et de la terre, et vous pourrez le constater dans notre menu du jour. Nous commencerons avec Sybille et sa recette de macarons sans œufs, préparés avec du jus de pois chiche et du curé nantais, le fromage local. Puis, Frédéric nous montrera ses légumes asiatiques et comment il les cuisine, à la fois en bouillon et au wok. Ce sera ensuite au tour d’Arnaud de cuisiner le poisson du jour, une brème. Enfin, c’est un tartare de veau nantais que Guillaume préparera, façon vitello tonnato. L’escapade nantaise de Julie sera rythmée par une promenade en gabare, quelques courses au marché de Talensac, une pause confiserie à la Rigolette, une partie de « boule nantaise » et un détour par le troupeau de vaches nantaises de Benoît. Sans oublier le fameux Muscadet, qui agrémentera ici et là son voyage.

Toutes les recettes de l’émission :

Regardez l’émission du 23 mars en replay sur le site officiel des Carnets de Julie

Sibylle Audollent : cette institutrice installée dans le centre-ville de Nantes est passionnée de cuisine. Ses enfants étant allergiques à l’œuf, elle a dû s’adapter et imaginer une cuisine sans œufs. Elle a compilé ses recettes dans plusieurs livres ainsi que sur son blog.
http://zoeufspeuxpas.canalblog.com/

Hélène et Frédéric Reglain : ce couple de maraîchers, installé à la Chapelle-Saint-Sauveur, cultive des légumes bio d’inspiration japonaise en permaculture. Des semis à la cueillette, tout est fait à la main, et ils arrivent à vivre en autonomie.
http://lafermedartaud.fr/

Arnaud Guéret : ce pêcheur professionnel est animé par l’envie de faire perdurer l’activité de pêche traditionnelle en Loire, fleuve qu’il côtoie notamment grâce à son « grand-père » de cœur, un ancien pisciculteur qui lui a transmis le virus.

Guillaume Macotta : restaurateur à Nantes, il aime cuisiner la viande des vaches nantaises élevées par Benoit Rolland.
www.lamaccotte-restaurant-nantes.com

Benoit Rolland : éleveur de vaches nantaises depuis une dizaine d’années et agriculteur engagé, il veut redévelopper la race et participer au retour des fermes périurbaines. La proximité de la Loire rythme la vie du troupeau et leur mode d’élevage. Il rentre ses animaux dès qu’il y a de gros coefficients de marée et les ressort au mois de mars. Les terres inondées par la rivière donnent une herbe parfumée et grasse dont les vaches raffolent. Cette alimentation sauvage participe à la singularité de l’espèce.
http://www.terroirs44.org/nos-actualites/la-ferme-des-9-journaux-1469723371214.htm