presentation_pot-au-feu_CDJ

POT-AU-FEU – 11 février 2017

Les Carnets de Julie

Le pot-au-feu renvoie aux bases universelles de la cuisine. A l’origine c’est dans le pot qu’on jetait les ingrédients de la soupe quotidienne, c’est-à-dire le bouillon, qui est aux prémices du pot au feu. Au XIIIème siècle, la « viande en pot » désignait une viande bouillie par opposition à une viande rôtie.

Ce plat, devenu le repas populaire par excellence, symbolisait le plat unique du pauvre. En effet, il fournit à lui seul la soupe, la viande et les légumes, ce qui en fait un plat complet, assez riche tout en restant sain, et surtout composé d’ingrédients de base de la cuisine paysanne.

Ce n’est qu’à partir du XVIIIème siècle que le pot au feu s’impose également sur les tables de la cuisine bourgeoise. Il s’enrichit alors de viandes diverses, de morceaux maigres et gras qui apportent du goût et de la texture au bouillon. Certaines enseignes lui offrent même une place de choix au menu.

Du fait de ses origines paysannes, les recettes de pot au feu et les tours de main des cuisiniers sont aussi variés que les régions de France. Ainsi, le hochepot, l’azinat ou encore le kig ha farz sont des déclinaisons de la recette en fonction de leurs terroirs respectifs.

Toutes les recettes de l’émission :

Regarder l’émission du 11 février en replay sur le site officiel des Carnets de Julie