IMG_4019

La Réserve – Paris

Billets d'humeur

J’avais envie de vous faire partager ma découverte d’un lieu d’exception à Paris: la Réserve. Derrière une impressionnante porte rouge qui donne à la maison des airs de cité interdite se révèle l’un des lieux les plus exclusifs et des plus confidentiels de la capitale, ouvert depuis 1 an seulement. Installé dans l’ancienne résidence Maxim’s, cet hôtel-restaurant ne devrait pas tarder à entrer dans le cercle très privé des « palaces » parisiens. Il en a tous les atouts: une situation unique, entre l’Elysée et les jardins des Champs Elysées, une vue à couper le souffle depuis les chambres (le chef nous a offert la visite d’une suite, lucky us!), un spa avec piscine et surtout une multitude de salons, bibliothèques, révélant des antiquités, des marbres et des étoffes d’exception. Les meilleurs artisans de la France entière ont travaillés ici 4 ans pour que cet hôtel – très – particulier nous transporte dans le temps.

La parisienne que je suis n’était évidemment pas là en résidence mais pour gouter la cuisine de Jerome Banctel, le chef du restaurant gastronomique, transfuge de Lucas Carton. La carte courte révèle une cuisine franche qui ose quelques pieds de nez sans jamais verser dans l’effet de mode ou le superfétatoire: les topinambours de la ferme du Bec Hellouin (pionnière en permaculture) côtoient les truffes noires, le cochon de lait de Burgos arrive super croustillant accompagné de purée de carottes et gingembre et l’incontournable lièvre à la Royale façon Antonin Carême (grand classique d’Alain Senderens) et audacieusement relevé de zestes d’agrumes. Reste à donner un peu d’âme à la décoration XIXème de Jacques Garcia, parfois un peu compassée. Intérieur bourgeois du XIXème d’accord mais on aimerait y retrouver un peu de la fantaisie légère des grandes cocottes… Je vous laisse pousser la monumentale porte rouge, ne serait-ce que pour gouter une pâtisserie dans le patio et vous prendre pour Napoléon à l’Elysée, autre fleuron du style Empire. On sort en se disant que le luxe à la française a encore de beau jour devant lui !